Lovers Rock

Lovers Rock ★★★★

Une belle antidote chatoyante à souhait à la linéarité de Mangrove. Heille cette caméra-là sur les corps qui dansent, avec des coloris chauds comme ça ! Le montage fond comme des lignes de couture dans un beau vêtement. Ah oui pis justement je voudrais toutes les robes du film dans ma garde-robe.

Ce qui est vraiment très réussi dans ce second épisode, c'est la cohabitation de l'angoisse et de la lascivité, cet enchâssement même comme dans ces moments serrés où l'on sent ce que John Irving appelait "le crapaud du ressac" : cette sensation sourde que quelque chose pourrait mal tourner, mais sans qu'on ne puisse déceler quoi, comment, d'où. J'étais incapable de me détendre pendant la première partie, tant cette dimension est bien rendue. Et l'inéluctable n'est ni jugulé ni surdramatisé, autre performance de la très grande souplesse du corps du film.
Au suivant !

Maude liked these reviews