• Phase IV

    Phase IV

    ★★★★½

    Enfin pu voir ce film, dans une sublime copie restaurée qui justifia entièrement mon attente. Plus près de 2001 que de la série B, ce film est effectivement une expérience hallucinogène hors du commun. Tel est la beauté du cinéma de genre, de nous faire goûter au sublime alors que l'on s'y attendait le moins.

  • Newsies

    Newsies

    ★★★

    LA NAISSANCE DE BATMAN!

    Blague à part, il y aurait quelque chose à faire sur les films live action de Disney produits dans les années 90. Effacés par la qualité du cru animé (Newsies est sorti la même année qu'Aladdin), ils se succédaient néanmoins à un rythme effréné sur nos écrans, pour des raisons essentiellement budgétaires. Ils demandaient simplement moins de temps de préparation.

    Je me souviens que ces films débutaient toujours avec une déception. L'apparition du célèbre château me…

  • Monolith

    Monolith

    ★★★½

    Une première heure tight, mais vraiment tight, qui carbure sur mes propres obsessions. L'actrice est formidable, la mise en scène innovante. J'étais captivé par ce concept fascinant, qui l'était finalement un peu trop.

    Le troisième acte démontre l'échec de la scénariste à aller au bout de ses idées, ne sachant pas comment proprement conclure un récit aussi opaque sans risquer de décevoir. Monolith se conclue donc avec une révélation un peu bébête, qui n'aurait pas eu lieu d'être à bien…

  • The Day the Earth Froze

    The Day the Earth Froze

    ★★★★

    Hier, en me levant, j'ai dû me frapper à l'évidence que corps et esprit nécessitaient repos. J'ai donc reporté un entretien avec un programmateur américain, fait un minimum de travail pour finalement me rabattre sur un film.

    Ma fatigue mutait tranquillement en une sorte de grippe (encore, maudit), que mes anticorps combattaient sans conviction. L'évasion vers une Russie pré-tout-ce-qui-se-passe-en-2024 me semblait idéal.

    Sampo est l'un des plus beaux odes à l'imagination que j'ai pu voir récemment. Dès l'instant où les…

  • The Man Who Shot Liberty Valance

    The Man Who Shot Liberty Valance

    ★★★★★

    Quel grand film, sur lequel j'aimerais tant écrire un texte. Le hic n'est pas tant que tout a été dit sur ce Ford, mais bien que j'aimerais simplement répéter ad nauseam tout ce qui a été dit, en forçant peut-être un lien avec Anatomie d'une chute (tsé, quand l'avocat dit que la vérité n'a pas d'importance?) pour camoufler vainement mon radotage.

    Quel grand film pareil, avec Lee Marvin absolument parfait en vilain d'un Ouest sur le point de disparaître.

  • Rear Window

    Rear Window

    ★★★★★

    C'est quand même l'histoire d'un gars hétérosexuel qui refuse les avances de Grace Kelly. Je veux bien croire que sa voisine est jolie, mais je ne comprends pas ses choix de vie.

  • The Trial

    The Trial

    ★★★★★

    Mes étudiant·e·s ont détesté, mais leurs réactions m'ont confirmé que j'avais bien fait de leur montrer ce film et pas un autre de Welles.

  • Glen and Randa

    Glen and Randa

    ★★★★

    Du réalisateur de Breathless (non, pas celui-là). Je suis peut-être généreux avec ma côte, mais maudit que c'était le fun de découvrir cette étrangeté dans le cadre de Playtime! Et tout le monde était bien beau sur l'écran de mon ordinateur. Fun time!

  • Don't Worry, He Won't Get Far on Foot

    Don't Worry, He Won't Get Far on Foot

    ★★★★

    Peut-être l'un des meilleurs rôles de Phoenix, parce qu'il ne se laisse justement pas emporter par ses propres lubies d'acteur. Le film est franchement magnifique, portait touchant d'un combat contre la dépendance qui, sans être pamphlétaire, démontre l'aide que peut apporter les Alcooliques anonymes. Tous les moyens sont bons pour combattre ses démons.

  • Far from the Madding Crowd

    Far from the Madding Crowd

    ★★★½

    Exactement le type de film que j'aime pas, mélo à costume plate qui... ben finalement qui réussit à me toucher.

    Je suis curieux de savoir ce qui a poussé Vitenberg a réalisé un film aussi académique. Il souhaitait probablement pouvoir montrer au moins un long métrage à sa mère.

  • Anything for Jackson

    Anything for Jackson

    ★★★½

    Film avec de surprenantes séquences cauchemardesques et quelques démons bien terrifiants. La prémisse est usée, mais le jeu raffiné des interprètes nous rappelle pourquoi on ne regarde pas des films d'horreur pour l'histoire.

  • Madame Web

    Madame Web

    ★½

    Dans une salle de conférence à Hollywood, des dirigeants de studio lisent les critiques désastreuses de Madame Web.

    "C'est une catastrophe!", pleure l'un d'entre eux.

    Un vieux producteur - le sosie de l'Homme-Mystère dans Lost Highway - sort de l'ombre.

    "Non messieurs, tout va bien. Tout se passe comme prévu."

    Il se tourne vers mon portait posé sur l'un des murs du bureau.

    "Il ira le voir!", dit-il avant de pousser un rire diabolique.