• Steel Magnolias

    Steel Magnolias

    ★★★★

    Je suis venu pour la grande Shirley MacLaine (ici aussi drôle qu'émouvante, à l'image du film) mais je suis resté pour la belle communauté de femmes et, surtout, pour Julia Roberts, que je n'ai jamais trouvé aussi rayonnante et charismatique (je la redécouvre depuis quelque temps et je trouve pas ça désagréable pantoute). Et puis, il y a la trop rare Dolly Parton, dont la voix, le sourire et la permanente sont irrésistibles.

    Un très beau et surprenant petit film, plein de cœur et d'humanité.

  • Death on the Nile

    Death on the Nile

    ★★★½

    Une des meilleures adaptations de la série des Poirot et, à partir d’un principe similaire (quasi huis clos avec un casting de stars), c’est un bien meilleur film que celui de Lumet. Angela Lansbury est délicieuse en vieille excentrique, Maggie Smith, même si elle n’est pas une vieille malcommode, est toujours aussi agréable (je voudrais qu’elle soit de tous les films du monde), David Niven dégouline, comme à son habitude, de suavité britannique et l’excellent Peter Ustinov fait un Poirot…

  • The Earrings of Madame de...

    The Earrings of Madame de...

    ★★★★★

    Un film grandiose, d'une maîtrise totale, éblouissante, et je le réalise davantage à chaque nouveau visionnement. À partir d'une petite anecdote, un quiproquos tout ce qu'il y a de plus anodin, en apparence superficiel (mais qui, pour reprendre les mots du mari, Monsieur de…, à propos de leur bonheur conjugal, "est à notre image : ce n'est que superficiellement qu'il est superficiel"), Ophüls réalise là un film profond sur justement les apparences, sur ce qui se cache derrière la surface…

  • No Direction Home: Bob Dylan

    No Direction Home: Bob Dylan

    ★★★★★

    Il a fallu qu'un de mes amis m'informe que je partageais ma date d'anniversaire avec celle de Blonde on Blonde pour que je me décide enfin à regarder ce chef-d'oeuvre de Scorsese. Je ne sais pas trop pourquoi j'ai attendu aussi longtemps - c'est mystérieux des fois les raisons qui font qu'on regarde ou non quelque chose -, vu que la chose en question semble avoir été réalisée juste pour moi, que le sujet me passionne et que j’aime d'amour…

  • Tucker: The Man and His Dream

    Tucker: The Man and His Dream

    ★★★★

    Ce biopic de Preston Tucker, un obscur concepteur de chars indépendant des années 40 qui rêvait de construire une voiture révolutionnaire et qui est rentré dans le mur élevé devant lui par les grosses compagnies de Détroit, est un excellent Coppola, un de ses meilleurs post-70's et son plus criminellement sous-valorisé tant qu'à moi. Pas besoin d'être ben perspicace pour comprendre que Coppola s'identifie pleinement à la folie et à l'audace de ce gars-là et qu'il fait sien son combat…

  • Vagabond

    Vagabond

    ★★★★★

    J'aime beaucoup Cléo mais Sans toit ni loi est vraiment mon film préféré d'Agnès Varda, son plus beau et merveilleux chef-d'oeuvre.

    Le film commence par la découverte du corps inanimé de Mona, une jeune itinérante trouvée un matin, au sortir d'une nuit froide, dans un champ par des cultivateurs. Les policiers débarquent, discutent avec les témoins, se questionnent sur la cause probable de sa mort. Le froid, bien entendu, donc mort naturelle. On embarque alors le corps raidi, tordu, replié…

  • Echo in the Canyon

    Echo in the Canyon

    ★★½

    Jakob Dylan est d’une suffisance à faire grincer des dents, en plus d’être un chanteur et musicien assez ordinaire et peu inspiré, pour rester poli, mais le sujet est passionnant, il y a Tom Petty qui parle de la Rickenbacker douze cordes de Roger McGuinn (quel son!), David Crosby qui a la mémoire embrouillée, Brian Wilson qui vient faire son tour et, surtout, la sublime Fiona Apple qui chante In My Room des Beach Boys. Juste pour ça, ça vaut…

  • Tom Petty and the Heartbreakers: Runnin' Down a Dream

    Tom Petty and the Heartbreakers: Runnin' Down a Dream

    ★★★★

    Formellement, c'est assez ordinaire et conventionnel, mais ce qui est vraiment intéressant dans ce documentaire de Bogdanovich, ce qui le distingue des autres exemplaires du genre, c'est le temps qu'il prend pour passer à travers la carrière de Petty, dont je pleure encore la mort trois ans plus tard (j'avais le motton, à la fin, d'entendre tout le monde parler comme s'il allait faire ça encore vingt ou trente ans). En quatre heures, il se permet de mettre en lumière…

  • Stranger in a Cab

    Stranger in a Cab

    ★★★½

    C'est peut-être pas (totalement) un polar mais c'est un vrai bon petit film, à l'intrigue très intéressante, bien écrite, centrée sur une fragile étude de personnages de puckés, et portée par une belle sensibilité à la réalisation (c'est qui ça Patrick Gazé? et pourquoi il n'a rien fait depuis?) et une grande justesse dans le jeu des acteurs, Christine Beaulieu et Roy Dupuis en particulier. Ce dernier est vraiment très juste et touchant en chauffeur de taxi passablement décrissé mais…

  • Chasing Trane

    Chasing Trane

    ★★★

    À peu de choses près, je dirais sensiblement la même chose que pour le documentaire sur Miles. On passe en ordre chronologique, de manière archi-conventionnelle, les étapes de la vie et de la carrière de Coltrane, avec une heureuse prédilection pour sa carrière et son style, la richesse et l'impact de son oeuvre, où les intervenants, de John Densmore des Doors (l'un des plus intéressants, qui parle avec émotion de son amour pour Coltrane et de sa fascination pour le…

  • Miles Davis: Birth of the Cool

    Miles Davis: Birth of the Cool

    ★★★

    Je mets un cœur pour la belle mise en valeur du son de la trompette de Miles, encore à ce jour le plus beau son jamais émis par un humain (avec la voix de Billie Holiday mettons). Pour le reste, même si c’est forcément plaisant de survoler pendant deux heures la vie et la carrière de cet immense artiste, ça demeure néanmoins un survol qui, bien que fait avec intelligence et professionnalisme, n’en demeure pas moins très standard, pour ne…

  • Amsterdamned

    Amsterdamned

    ★★★½

    Un étonnamment bon petit slasher néerlandais des années 80, avec un mystérieux tueur qui se cache dans les canaux d'Amsterdam (exploitant par le fait même fort bien la topographie particulière de la ville). On a droit au passage à un policier assez cool, qui mange ses œufs avec du ketchup, un exposé express sur La Ronde de Nuit de Rembrandt et une palpitante poursuite en bateau. C'est assez pour passer un agréable mercredi soir.