• Halloween Kills

    Halloween Kills

    Après trois volets de la série qui traitent de syndrome post-traumatique, la franchise aborde pour la première fois l'impact concret de la violence sur les individus, leurs proches, et sur la communauté qui les entoure. Honnêtement, le concept que la violence ne fait qu'engendrer plus de violence est un contrepoint intéressant à Halloween 2018, qui frôlait la défense du deuxième amendement et l'apologie de la pensée survivaliste.

    Malheureusement pour Halloween Kills, c'est amené de façon si maladroite que tout message…

  • Titane

    Titane

    ★★★★

    Vu au Beaubien dans une salle pleine (vraiment pleine, depuis le changement des mesures sanitaires). Le public était très réactif tout au long. Au moins 10 personnes ont quitté la salle avant la fin du film et la madame à côté de moi a passé une bonne partie du film à trembler et à sangloter.

    Après ça, je serais prêt à dire que c'est un film à sensations fortes, surtout pour les gens qui allaient juste voir la dernière Palme…

  • Midnight Mass

    Midnight Mass

    ★★½

    Ça fait tellement du bien de voir une série qui aborde un propos et qui prend une démarche similaire à l'incontournable Leftovers. Malheureusement, c'est beaucoup moins bien exécuté.

    Comme d'habitude, Flanagan jongle avec l'horreur élevée, qui délaisse la peur collective en faveur du trauma personnel, et l'horreur traditionnelle, avec des jump scares, des créatures et du gore. Mais comme d'habitude, quand l'horreur traditionnelle embarque, moi je décroche. Dans ce cas-ci, j'ai vraiment l'impression que le drame est au service de l'horreur, alors que ça devrait être l'inverse.

    C'est dommage parce que les personnages sont foutument bien écrits et l'univers est ultra immersif et habilement construit.

  • The Exterminating Angel

    The Exterminating Angel

    ★★★★½

    Finalement c'était pas si pire que ça le Fyre Festival!

  • Red to Kill

    Red to Kill

    Une chance qu'ils prennent la peine de nous écrire que le but du film est de nous sensibiliser sur la maladie mentale, parce que c'est pas en le regardant que j'aurais compris ça!

  • Blue Bayou

    Blue Bayou

    J'ai trouvé ça profondément malhonnête comme film. Ça prétend s'intéresser à un enjeu social, soit celui de la déportation injuste des immigrants de longue date, mais ça ne fait qu'effleurer le sujet sans vraiment livrer un message pertinent à son égard.

    Le protagoniste principal est un homme qui n'arrive pas à faire face à ses émotions, ni à les communiquer à ses proches. Alors, il va faire des promenades de moto fâchées, des promenades de moto tristes et des promenades…

  • Le party

    Le party

    ★★★★★

    Wow, ce film manquait sérieusement à ma culture! J'ai eu la chance de visionner une magnifique copie 35mm à la Cinémathèque. C'est une œuvre magistrale remplie de grandes émotions et de performances à couper le souffle. Un 5 étoiles très facile à donner!

  • Annette

    Annette

    ★★★★½

    Ça va me prendre 2 ou 3 visionnements pour déballer tout ce que le film a à nous offrir et écrire quelque chose d'intelligent à son sujet... Mais c'est une bonne chose!

    Un film ultra généreux, une expérience incomparable, une montagne russe d'émotions, comme Leos Carax a l'habitude de nous donner. Et la musique de Sparks est évidemment excellente!

  • Prisoners of the Ghostland

    Prisoners of the Ghostland

    ★★½

    J'ai eu beaucoup de difficulté à passer par dessus les dialogues. Lorsque livrés par des non-anglophones, ils semblaient avoir été appris en phonétique, car le jeu des acteurs ne correspondait pas toujours aux répliques qu'on entendait, un peu comme dans Sukiyaki Western Django de Takashi Miike (Un autre western japonais en anglais). On dirait que je suis habitué de regarder des films japonais dans lesquels tout est surjoué, mais en anglais j'ai plus de misère... Même lorsque c'était des anglophones…

  • The Sadness

    The Sadness

    ★★★½

    C'était crissement compétent comme film. Le montage, la musique, le jeu d'acteurs étaient tous impressionnants. Mais y'a un moment dans le film, dans un scène avec le président qui est absolument géniale, où tu penses que ça va être plus deep, mais après ça va pas plus loin. C'est pas mal un film spectacle qui montre une abondance de gore, mais qui est trop cartoonesque pour réellement choquer. On est loin des Cat-III de Hong Kong auxquels le film rend hommage, comme Ebola Syndrome et Untold Story, mais j'ai quand même passé un très bon moment.

  • Maria

    Maria

    ★★★½

    Un bon film sympathique qui a le cœur à la bonne place. J'ai ris souvent et j'ai ris fort.

    Il faut dire par contre que le rythme et le ton sont un peu inégaux. Des fois, on a l'impression de regarder un sitcom, ou une pièce de Louis Saïa, avec les acteurs.trices qui attendent leurs répliques et qui livrent un punch aux 15 secondes. D'autres fois, le film tombe dans un réalisme dramatique plus prononcé.

    Même si Mariana Mazza est…

  • Space Jam: A New Legacy

    Space Jam: A New Legacy

    Ma déception est immesurable... C'est carrément épouvantable! "Space Jam: A New Legacy" est au cinéma ce que les jeux mobiles sont aux jeux vidéos. J'en reviens pas qu'ils puissent faire ça aux fans!