There Are No False Undertakings ★★★★

«Il n’y a pas de faux métier, c’est d’emblée et jusqu’au bout ceci : la circulation fluide et rythmée entre des registres de réalité et de fiction reposant sur la présence de l’acteur comme remédiation de l’écriture, circulation où se précise en retour un travail sur l’alliage de tons et de thèmes se situant entre le vulgaire et le fin, le burlesque et le sensible, la dérision et la fureur. De la sorte, c’est donc un mode d’écriture qui expose la réflexivité de l’écriture, en la prenant également comme sujet»...
www.panorama-cinema.com/V2/critique.php?id=1563