Just Don't Think I'll Scream ★★★★

«De ce droit au plaisir jaillit aussi la force générale de Ne croyez surtout pas que je hurle, c’est-à-dire sa capacité à construire dans le temps des morceaux émotifs qui tiennent par eux-mêmes, dans leur histoire comme dans leur résolution, fragments qui, à l’instar des doutes de Beauvais face à l’écriture, refusent l’immobilisme mortifère du texte en préférant la préservation visuelle et sensible de la richesse d’une image de ce qui a été. Le regard reste, les mots doivent partir»...
www.panorama-cinema.com/V2/critique.php?id=1503