Cousin Angelica

Seulement deux films où je le vois (sur une filmographie longue de quelques 230 métrages !), mais je suis largement prêt à le clamer haut et fort : José Luis López Vásquez est un géant. Un acteur de génie. Il est exceptionnel, dégageant à la fois une grande force et une bouleversante vulnérabilité. Dans ses deux films que j'ai vu (El jardín de los delicios et La prima Angélica) il porte à la perfection les concepts très audacieux, voire casse-gueules, du maître Carlos Saura. Casse-gueules, parce que justement ce sont des films dont la réussite ne repose que sur la qualité de la performance centrale, des films qui ne sont crédibles qu'au prix d'un investissement total de l'acteur principal, aussi absurde puisse sembler son rôle. Ce défi, López Vásquez le remporte haut la main. Qu'il joue, tout à la fois, un industriel tyrannique et un tétraplégique amnésique dans El jardín de los delicios, ou un quarantenaire déboussolé et sa version enfant dans La prima Angélica, il est toujours d'une justesse absolue qui rend ses personnages vivants, profonds et d'autant plus impactants.

Au détour de ce petit éloge du nouveau venu parmi mes acteurs préférés, j'en profite pour glisser que mon admiration pour Saura ne fait que se renforcer à mesure que je parcours son œuvre. C'est un cinéaste immense, père d'une filmographie formellement débordante d'inventivité et thématiquement complexe et engagée. Je n'ai qu'une hâte : continuer à m'y aventurer.

mon année cinéma liked this review